Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pédagogie Freinet en Gironde

Créations mathématiques dans la classe de Stéphane CM1

17 Avril 2014, 19:38pm

Publié par GGEM

Comme à chaque session, le ou la collègue qui nous accueille nous présente sa classe, parfois en présence des enfants autour d'un aspect pédagogique qu'il souhaite partager avec le groupe.
A la suite de cette observation, chacun peut intervenir pour questionner ou commenter, cet échange riche des témoignages de tous permettra de faire évoluer les pratiques ou les réflexions engagées au quotidien.
Créations mathématiques dans la classe de Stéphane CM1
Un moment de classe

Stéphane nous accueille autour de quelques uns de ses élèves présents ce jour. En deux ou trois minutes, tous produiront une création mathématique sur leur petit carnet type "sténo" et chaque proposition, quelque soit sa forme, sera l'occasion de parler des mathématiques, de s'interroger, d'expérimenter, de tâtonner, de vérifier...

Le petit groupe va ainsi faire le tour des questions soulevées et des différentes remarques qui seront mises en valeur par le maître.

Première production exploitée en collectifPremière production exploitée en collectif

Première production exploitée en collectif

Extraits de la conversation :

- c'est un rectangle.

- qu'est-ce que c'est un rectangle ? (on énonce des propriétés)

- il y a un angle droit...

- qu'est-ce que c'est un angle ? et un angle droit ? et les autres angles ?

- comment mesure t-on un angle en degré ? (on nomme et on montre le rapporteur)

Un enfant vient au tableau pour mesurer un angle mais comment faire ? quand on mesure un angle, on mesure quoi exactement ?

- il y a des triangles... sont-ils tous des triangles rectangles ? et qu'est-ce que c'est un triangle rectangle ?

- ici un triangle représente la fraction 1/8ème alors on colorie un triangle, puis 2 :

1/8 + 1/8 = 2/8. On regarde les éléments qui changent (1+1=2) et ceux qui ne changent pas (le 8)...

La conversation se poursuit encore quelques temps autour des fractions (additions, soustractions...) avant de passer à une autre production.

Autres productions présentéesAutres productions présentéesAutres productions présentées

Autres productions présentées

Nos questionnements et les réponses apportées (bref résumé)

- Quelle place pour les créations mathématiques dans ton emploi du temps ? Combien dure une séance ? Est-ce que tu en fais toute l'année ?

Nous faisons des créations mathématiques toute l'année, environ trois quarts d'heure par jour.

- Quel dispositif ? Combien d'élèves sont concernés ? Que font les autres pendant ce temps-là ?

La classe est divisée en trois et à chaque fois la moitié d'un groupe crée, à main levée, avec ou sans instrument. Le groupe est au tableau mais à l'occasion, il peut aussi continuer ses recherches directement sur le banc.

Certaines créations ne seront que survolées.

Elles sont faites en 2 minutes juste avant la mise en commun au tableau, les autres enfants sont en travail personnel.

Les enfants se préparent-ils à l'avance dans la mesure où ils n'ont que 2 minutes ? Avant, cela faisait partie du plan de travail individuel... finalement, la création n'est que l'entrée en mathématiques, elle est l'occasion de faire, de dire, de comprendre...

La plupart du temps, les enfants proposent de la géométrie mais cela amène aussi au domaine numération / opérations.

Certaines notions reviennent régulièrement pendant une période alors tant que le sujet interroge, on en parle. Quand au bout d'un moment on sent qu'ils ont besoin de passer plus vite sur certaines notions on sait que le sujet va disparaître naturellement des créations...

Est-ce que les enfants peuvent proposer un problème s'ils le veulent ? Oui, la consigne est de faire ce qu'on veut tant que ce sont des mathématiques.

En référence :

- Y a t-il d'autres utilisations pour le carnet des créations mathématiques ?

Non.

- Quelle institutionnalisation ? à quel moment ? sous quelle forme ?

Pas de reprise en grand groupe, les notions tournent naturellement autour des mêmes thèmes. Les autres enfants entendent et tous les jours, les créations mathématiques aident à garder tout le monde dans le même sens...

On peut aussi décider de changer régulièrement les groupes pour une meilleure émulation.

Quelle posture pour le maître ? il ne faut pas essayer d'anticiper sur les notions à développer. On rebondit sur ce qui est dit par le groupe. Il faut les amener à trouver par eux-mêmes mais pas tout expliquer... attention à ne pas faire un cours magistral.

Quelles traces écrites pour les enfants et pour les parents ? Tous les jours, on publie nos créations mathématiques sur le blog de la classe :

- Quelle organisation générale pour l'apprentissage des mathématiques ?

D'abord les créations mathématiques et en plus en travail personnel utilisation des fichiers PEMF

mais aussi du calcul vivant à chaque occasion.

Comment s'assurer que tous les élèves ont acquis la notion ? à l'occasion des créations mathématiques, on interroge les enfants de chaque groupe à l'oral, ce sera complété par des évaluations écrites (par une école en équipe Freinet du département). Il y a un moment dédié aux évaluations dans l'emploi du temps.

A l'oral, je donne la priorité aux enfants en difficultés.

D'autres questions ont été posées, sur l'organisation générale de la classe, la place du texte libre et le travail personnel. La discussion s'est poursuivie aussi par mail

Commenter cet article

Tétu 02/05/2014 10:56

Pour la posture du maître et l'explication qui intoxique, se reporter au livre de Jacques Rancière "Le maître ignorant" où l'auteur décrit l'expérience du pédagogue Joseph Jacotot contraint à l'exil par la monarchie des Bourbons, et accueilli comme lecteur de littérature français à l'université de Louvain. C'est parce que Jacotot ne connaissait pas le flamand que "ses étudiants s'étaient appris à parler et à écrire en français sans le secours de ses explications", avec la même intelligence par laquelle ils avaient appris leur langue maternelle, celle "qui prend possession de son propre pouvoir"
Jacques Rancière, LE MAITRE IGNORANT, Fayard, 1987